Le divorce et les conséquences sur la déclaration d’impôt

Introduction

Le divorce peut avoir des conséquences importantes sur votre déclaration d’impôts, notamment sur le nombre de personnes à déclarer, le type de déduction que vous pouvez demander et même le montant que vous devrez payer. Cet article se penchera sur les différents aspects de la déclaration d’impôt qui sont affectés par un divorce.

Statut marital

Votre statut marital est l’un des principaux facteurs qui peuvent influencer votre déclaration d’impôts. Si vous êtes divorcé ou en instance de divorce au 31 décembre de l’année pour laquelle vous déclarez vos impôts, vous devez alors être classé comme «célibataire» pour cette année-là. Cela signifie que vous ne pouvez pas réclamer un statut conjoint et bénéficier des avantages qui y sont liés.

Nombre de personnes à déclarer

Si vous étiez marié et en instance de divorce au cours de l’année fiscale, alors vous serez classé comme «célibataire» pour cette année et ce sera à vous seul que reviendra la responsabilité de produire une déclaration d’impôt complète et exacte. Cependant, si votre divorce n’est pas finalisé avant le 31 décembre, il est possible que vous soyez tenu de produire une déclaration conjointe avec votre ex-conjoint.

Deductions

Si votre divorce est finalisé avant le 31 décembre, vous serez en mesure de profiter des mêmes avantages fiscaux qu’une personne célibataire. Vous pourrez alors réclamer les mêmes types de crédits et autres abattements fiscaux auxquels les célibataires ont droit. Cependant, si votre divorce n’est pas encore finalisé au moment où vous faites votre déclaration d’impôt, il est possible que vos ex-conjoints puissent bénéficier des mêmes avantages fiscaux que ceux dont jouissaient les couples mariés.

Autre article intéressant  Le divorce et l'impact sur les régimes matrimoniaux et la protection des époux

Montant à payer

Le montant à payer pourra également être affecté par un divorce. Si le couple était marié au moment où la déclaration d’impôt a été faite et qu’ils ont choisi le statut conjoint pour cette année-ci, ils devront alors payer une somme plus importante que s’ils étaient classés comme célibataires. De plus, si un ex-conjoint refuse de payer sa part du montant dû au Trésor public, l’autre partie sera tenue responsable du montant total.

Conclusion

Bien que le divorce puisse entraîner des changements importants concernant votre situation financière et fiscale, il existe des mesures qui peuvent être prises pour minimiser ses effets négatifs sur votre situation fiscale. En consultant un professionnel qualifié ou en se renseignant auprès du service fiscal local, on peut prendre connaissance des différentes options disponibles afin d’optimiser sa situation fiscale.